Ul.Menubarhorizontal {margin: 0 auto; padding: 0; liste-style-type: none; font-size: 100%; curseur: par défaut, largeur: 32em; / * Changement de la largeur de votre propre barre de menu * /}

Centre du Bouddhisme Tibétain placé sous la bienveillance spirituelle du Vénérable Lama Tharchin Rinpoché

 

Les voeux de Rinpoché

 

Programme des activités

 

Cours de Bouddhisme

 

Les Médias

 

Nous contacter

 

Faire un don

 

 

Accueil

 

 

 

 

 

 

 

Les citations

La religion de l'avenir

La religion de l’avenir sera une religion cosmique. Elle devra transcender la notion d’un Dieu personnifié , éviter les dogmes et la théologie . Englobant le naturel et le spirituel , elle devra reposer sur un sens du religieux fondé sur l’expérience de l’unité – riche de sens – de toutes choses, naturelles et spirituelles . Le bouddhisme répond à cette description … S’il y a une religion qui puisse s’ accommoder des exigences de la science moderne c’est bien le bouddhisme . Albert Einstein

A propos du maître, du Lama

"D'une façon générale, nous avons besoin de quelqu'un qui puisse nous guider sur la voie, nous enseigner, nous diriger, nous aider, nous indiquer les écueils et le cheminement juste. (...) Le lama est le porte-parole et l'expression de l'enseignement et de la réalisation, il nous transmet ce qui est utile à notre esprit, et grâce à lui nous pouvons recevoir l'influence spirituelle de tous les bouddhas. (...) Il est le canal, le transmetteur, celui au travers duquel ces pouvoirs et réalisation peuvent se transmettre, nous parvenir, et nous aider au niveau le plus profond. Il est l'héritier de la lignée et détient l'influence spirituelle de ses pratiques, il accorde les habilitations-initiations qui font mûrir notre karma et les divers courants de notre conscience, ainsi que les transmissions des écrits et les instructions orales s'y rapportant (...) L' essentiel est, par la relation établie avec le lama, de bien comprendre le sens de l'enseignement et de l'appliquer vraiment. Il ne faut pas s'inquiéter des doutes et des hésitations que nous pouvons avoir : notre esprit étant dans la confusion, nous avons nécessairement des doutes concernant ce qui est vrai, faux, réel, irréel, juste, erroné, etc. Par contre, il est important que nous acceptions nos doutes et nos hésitations et que nous travaillions avec eux dans la relation au lama, les lui exprimant honnêtement et cherchant, dans ses réponses, le moyen de les clarifier, de les dissiper. C'est par une relation juste au lama que nous nous ouvrons progressivement à une attitude de dévotion authentique, c'est-à-dire de confiance et d'aspiration permettant la transmission de l'influence spirituelle qui conduit à la réalisation. (...) Kalou Rimpotché "La voie du Bouddha , Ed. Seuil"

"Dans la perspective du gourou (maître) en tant que chemin, on dispose de nombreux moyens pour accroître la réalisation. Le gourou physique est un des instruments principaux, le gourou sous la forme d'un être humain constituant sur le plan extérieur un instrument indispensable, un point très important quand on aborde le gourou en tant que chemin. Il permet de construire un pont entre l'état d'ignorance et celui de sagesse." Sa Sainteté Gyalwang Droukpa "Les merveilles du Gourou"

Il existe 3 façons de servir le maître : les offrandes matérielles, les services et la pratique spirituelle. En premier lieu, nous ne devons pas hésiter à faire usage de nos biens pour être utile à notre maître spirituel. Selon les soutras, il est presqu'impossible de s'acquitter de la dette de reconnaissance que nous avons contractée envers le maître. Même si nous lui présentions, en échange d'une seule stance d'enseignements, toutes sortes d'offrandes durant autant de kalpas qu'il y a de lettres dans la stance qu'il nous a transmise, notre don ne serait pas à la mesure du respect que nous lui devons. Faire des offrandes matérielles nous permet, dans un premier temps, d'accumuler des mérites, de surmonter les obstacles et faire que nos entreprises soient courronnées de succès. A plus long terme, ce geste est un moyen d'atteindre l'Eveil. Dans un deuxième lieu, nous devons réjouir le maître spirituel par une conduite irréprochable, en actes, en paroles et en esprit. Offrons au maître des prosternations, des circumambulations, des fleurs, des fêtes sacramentelles, ainsi que d'autres dons...

 Les bienfaits qu'on retire en suivant le maître spirituel de façon correcte sont infinis. En bref, il nous établit sur la voie, il nous ouvre les yeux sur ce qu'il convient d'accomplir et ce qu'il convient d'éviter, il nous permet de parfaire les deux accumulations de mérites et de sagesse, et de nous purifier du voile des émotions et du voile qui masque le connaissable. Il dissipe les obstacles extérieurs et intérieurs et nous intègre à la lignée des grands sages du passé. C'est ainsi que nous entrerons dans la cité de la libération : le nirvana qui transcende les deux extrêmes....

"Lorsque le Bouddha Shakyamouni atteignit l'Eveil, il comprit parfaitement la nature de vacuité de tous les phénomènes. il eut toutefois le sentiment que les hommes, prisonniers de leur ignorance, seraient incapables d'appéhender cette vérité. Il demeura plusieurs semaines dans un profond samadhi, pensant qu'il était vain d'expliquer le Dharma aux êtres. C'est alors, qu'Indra, faisant offrande d'une conque dont la spirale se déroulait vers la droite, et Brahma, porteur d'une roue d'or aux mille rayons, supplièrent le Bouddha de tourner la roue du Dharma. Cette requête valut aux deux êtres d'inombrables mérites... Nous pouvons, de même, accumuler de grands bienfaits en demandant aux maîtres spirituels de dispenser leurs enseignements et en nous réjouissant de la propagation des textes qui dissipent l'ignorance. Imaginons que nous manifestons d'innombrables Bodhisattvas, déités, et êtres humains ordinaires, chacun d'eux offrant au maître des conques, des roues d'or ainsi que bien d'autres objets précieux, tout en lui demandant de faire tourner la roue du Dharma...Le Bouddha

Le Vénérable Lama Konchog Tharchin Rinpoché

"Puissè-je épuiser la souffrance des êtres et emplir l'espace illimité du Parfait Bonheur !"

"Laissez les futilités ! Maintenez votre esprit sur l'essentiel ! Posez-vous les vraies questions : Quelles sont les choses éphémères, qu'il faudra que j'abondonne un jour, quelles sont les choses qui ne meurent jamais et que je trainerai toujours avoir moi ?

Le corps n'est qu'une enveloppe que j'abandonnerai à ma mort, mes biens personnels seront également abandonnés à ma mort, que me restera-t-il alors ? Mon esprit ! C'est cet esprit que je dois cultiver et tourner vers le bien ! Je dois continuellement, sans relâche, orienter mon esprit vers des pensées positives et de compassion envers autrui ! Je dois m'entraîner à aimer l'autre, qu'il me soit familier (amis-parents) ou étranger.

Je dois abandonner toutes sortes d'émotions négatives telles que la jalousie, la colère, la haine ! Pour cela, je dois me réjouir des succès et des bonheurs des autres et non pas les envier ! Je ne dois en aucun cas, porter de jugement, ni de comparaison mais m'accepter tel que je suis. Le jugement, la comparaison entraînent la jalousie, puis vient la haine, puis la colère qui créent enfin les souffrances, les mauvaises pensées et actions et donc le mauvais karma (en tibétain Karma = étoile) pour l'avenir !

Veillons sans cesse sur notre esprit ! Semons, cultivons les bonnes pensées, nous récolterons le bonheur pour cette vie-ci et les prochaines !"

Le Bonheur

Tout d'abord Rimpoché nous demande d'écouter cet enseignement en ayant une bonne motivation, c'est-à-dire, en pensant que le bénéfice de cet enseignement ne servira pas seulement à notre propre personne, mais sera principalement destiné au bonheur de tous les êtres. Il faut se souvenir que d'innombrables êtres sont plongés dans la souffrance à différents degrés, et parmi tous ces êtres, il n'y en ait pas un qui n'ait de lien direct avec nous. Il n'y en a pas un qui n'ait pas été l'un de nos propres parents. Dans cette circonstance, ils n'étaient à notre égard qu'amour et affection. A ce jour, il m'est impensable de les laisser dans cette situation de souffrance, à mon tour, je décide de les aider. J'écoute cet enseignement aujourd'hui avec cette primordiale motivation de libérer tous les êtres. Il nous faut développer un amour et une compassion illimités, constants et forts à l'égard de ces êtres qui se trouvent pris dans le cycle du samsara, qui ont en commun une seule et unique aspiration : atteindre, connaître le Bonheur ! Alors pourquoi, ce paradoxe, pourquoi, alors qu'ils souhaitent être heureux, sont-ils dans différents degrés de souffrance ? Ils ignorent certainement les véritables causes du bonheur. Ils souhaitent le bonheur mais habitués à la non-vertu, et ignorant la loi de causalité, ils n'arrivent pas à exaucer leur souhait le plus profond : être heureux et échapper à la souffrance. Ils sont un peu dans la situation d'un aveugle qui aimerait aller quelque part, mais son défaut visuel l'empêche d'y arriver. Ils ne peuvent pas s'en sortir. Je formule donc le vœu très cher d'atteindre l'Eveil pour ensuite pouvoir aider ces êtres. Ils sont eux-mêmes porteurs de leurs perfections, on dit que la nature du Bouddha est en eux, mais cette nature est pour le moment voilée par des couches obscures qui les empêchent de devenir pleinement accomplis. Il nous faut, encore une fois, développer un état d'esprit qui soit le plus pur et le plus profond possible car il nous faut prendre conscience que nous-mêmes sommes à un moment de grande liberté : nous avons obtenu la précieuse existence humaine qui va nous permettre de nous élever jusqu'à la perfection. Nous devons réellement réaliser l'immense chance d'avoir rencontré le Dharma et de pouvoir le pratiquer sans obstacle jusqu'à la libération ultime. C'est pourquoi, nous ne devons pas nous laisser aller à l'indolence, la paresse dans les actes ou dans l'intellectuel, les distractions. Il faut rester en contact avec le Dharma avec lequel nous avons déjà un lien. Au travers de ce contact, nous devons affermir, renforcer le lien avec le maître spirituel qui nous donne les instructions, et toujours sans se laisser aller à l'indolence ou se laisser distraire, réalisant l'immense chance d'avoir obtenu la précieuse existence humaine, nous pourrons alors aider tous les êtres souffrant dans les 6 classes d'existence. Ceci est mon ultime but, mon dessein le plus ardent : ceci est la parfaite motivation, l'esprit d'Eveil, la parfaite Bodhicitta.

Cet enseignement est celui sur Tchenrézi donné par Rimpoché en 2009

Sa Sainteté le Dalaï-Lama 

Le Paradoxe de notre ère :
Nous avons de plus grandes maisons, mais nos familles se sont réduites ,
nous avons davantage de temps pour les loisirs, mais nous courons toujours après le temps;
Nous avons davantage de diplômes, mais moins de bon sens;
Nous avons davantage de savoirs, mais moins de jugement et de discernement;
Nous sommes davantage experts, mais avons plus de problèmes;
Nous avons davantage de médicaments et de médecins, mais plus de maladies;
Nous savons aller et venir sur la Lune, mais avons du mal à traverser la rue pour rencontrer notre nouveau voisin;
Nous sommes à l'ère de la communication, nous avons 'informatique et 'information, nous produisons plus de copies qu'avant,
Mais nous communiquons moins;
Nous en avons davantage en quantité, mais moins en qualité;
Nous sommes à l'époque des fast foods, de la restauration rapide,
Mais notre digestion est devenue plus lente,
Nous avons une taille plus grande que par le passé, mais notre esprit est plus restreint;
Nous faisons de grands profits, mais avons de courtes relations humaines;
Nous avons une belle façade, mais un intérieur vide!


Centre du bouddhisme Tibétain "Drikung Kagyu Rintchen Pal"– bouddhismetibet@online.fr
Association déclarée sous le n° 20080041 - Affiliée à l'Union Bouddhiste de France et à la Fédération du Bouddhisme Tibétain - Siret : 53919553700011

[Valid RSS]